The Crown, respect mon Philou.

 » Putain, mais dans quoi je m’embarque… »

A part si vous habitez au sein de la Kame House depuis plusieurs années maintenant, vous avez sûrement entendu parler de The Crown. La série offerte par Netflix retrace les différents événements vécu par la Reine Elizabeth II durant plus de 67 ans de règne ainsi que le destin des personnes qui l’entoure. Après deux saisons visionnées, mes connaissances historique de la famille royale sont forcément grandissante alors qu’elles étaient proche du néant. Mais aujourd’hui, j’aimerais revenir sur ma découverte de l’histoire de Philip, et notamment ses débuts en tant que partenaire de la Reine.

Comme le Roi George VI le dit si bien entre deux bégaiements à Philip, l’essence même de son devoir ne sera pas de régner, mais bel et bien de l’aimer, de la protéger et de l’accompagner durant son règne à elle. Et même si Philip l’affirme dans les yeux du Roi, il est clair que le jeune prince n’était pas réellement conscient de ce qui allait l’attendre durant les prémices de sa nouvelle vie. Il n’était clairement pas au courant que sa vie serait désormais défini avant tout par celle de sa femme. Et le fait est que c’est un concept qui s’avère des plus difficilement acceptable dans le courant des années 50 pour un homme. Il est un homme de sang princier et un militaire à la carrière montante. Son orgueil et sa fierté transparaît à même son visage. En ce sens, Matt “The Doctor” Smith livre une prestation de qualité, montrant peu à peu au fil des épisodes et donc des années que la frustration du jeune homme est grandissante et pèse toujours plus lourdement sur le couple.

Il doit abandonner sa carrière. Il doit s’agenouiller devant sa femme aux yeux de tout un peuple. Il ne peut offrir son propre nom Mountbatten a ses enfants sans permission préalable. Tout cela en raison d’un protocole et de tradition datant de plusieurs générations. Lors de ses premières années en tant que prince, il découvre la dure réalité. Il découvre la vrai signification des paroles du roi, que le fait d’être le mari de la reine n’apporte que peu d’importance et de respect, même de la part des secrétaires personnels de la Reine qui se permettent une attitude dirigiste envers ce dernier tout en étant dans leur droit le plus sacré. Son travail ne consiste pas en de grandes responsabilités, épauler la Reine n’étant pas une tâche lui apportant une grande satisfaction. Indubitablement, il finit par se sentir emasculé et en vient même à insulter son propre fils de petit homme aux allures de femme pour probablement rehausser son estime de lui-même. 

« Je rêve où vous osez manger le dernier Mon Chéri sans mon autorisation Philip ? »

Alors évidemment, ses réactions et ses attitudes ne sont pas des plus exemplaires et des plus excusables. Elles ne sont pas à la hauteur d’un prince. Ni à la hauteur d’un père envers son fils. Comme le dit si bien la Reine, le prince se fait de plus en plus plaintif, est d’une humeur de plus en plus négative. Il réagit d’une manière infantile et ne cesse de faire de plus en plus de caprice. Il n’a guère de passion et d’engouement pour les réceptions et rencontres à titre royales. Il ne se lie avec personne au sein de l’entourage royale. En soi, il renie totalement son devoir d’épaulement de la Reine. Une accumulation de mal-être qui atteint un point de non-retour alors qu’il devient presque un chantage muet envers sa femme et Reine après un retour de voyage. Matt Smith démontre parfaitement lors de cet fin d’épisode Lisbonne en deuxième saison qu’il réussit à avoir ce dont il souhaite, la reconnaissance d’un statut ayant du sens au yeux du monde et de ses pairs, aussi petite et sans gloire fût la manière. Désormais, tout le monde devra reconnaître sa grandeur et baisser le regard devant lui, tout comme pour sa femme. 

Devenir reine de tout une île aux yeux du monde entier à un si jeune âge n’est clairement pas une mission qui s’avère de tout repos, même en ayant été conditionné dès sa plus tendre enfance pour un tel rôle. Néanmoins, The Crown à le mérite de mettre également en avant les répercussions de La Couronne sur les têtes sur lesquelles elle ne se pose même pas, Philip en tête de liste. Les premières années du prince furent sûrement les plus difficiles de sa vie. Car s’il ne subit pas les mêmes affres que sa partenaire, il n’en reste pas moins très impacté également par le nouveau statut de cette dernière.The Crown et plus particulièrement Matt Smith réussissent parfaitement à rendre le personnage de Philip comme celui du potentiellement plus détestable mais aussi comme un des plus intéressants à suivre. Une vision sur le destin de ce jeune prince finalement peut être pas aussi conscient qu’il ne le pensait de ce qui l’attendait. Si l’histoire de la Reine est intéressante de par sa dimension hors norme, celle de Philip s’avère elle d’un intérêt particulier sur un plan purement humain. Sans cautionner la totalité de ses faits et gestes en début de règne, je peux aisément les comprendre et finalement me permettre de dire God Save The Queen mais aussi Respect Prince Philip.

9 commentaires

  1. J’ai adoré les 3 saisons 🙂
    Et comme tu dis le personnage de Philip est très intéressant.
    Pareil pour la soeur de la Reine, Margaret ^^
    La direction artistique de cette série est sublime, la musique, les décors…etc.
    Si on avait eu ça en cours d’histoire, j’aurais été plus attentif.

    J'aime

    • Autant la série dépeint avec brio les impacts que les différents moments historique ont pu avoir sur cette jeune femme devenu reine, autant la série réussit encore mieux à mettre en avant l’impact de la couronne sur son entourage. Philip et Margaret sont les deux personnages les plus impactés effectivement et leur évolution est donc très intéressante. C’est clairement une des forces de ces deux premières saisons et, je pense, de la série dans sa globalité 👍

      On est d’accord, faites nous regarder Kaamelott et The Crown on aurait retenu bien mieux nos cours 😅

      J'aime

  2. Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de voir la saison Victoria, mais Philippe peut faire également penser à Albert qui, lui aussi, a du faire sa place avec des idées totalement révolutionnaire à une époque où les traditions primaient sur tout. Je te conseille vraiment cette série d’ailleurs si tu aimes les séries british =D

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s