Au diable le manichéisme !

Le manichéisme, l’attitude prônant l’idée qu’il n’existe que le bien ou le mal dans le monde, sans la moindre nuance. Une hérésie si vous voulez mon avis. Et je suis bien décidé à le prouver, à défendre nos amis les méchants. J’ai décidé de mener l’enquête pour vous.

Pour se faire, c’est avec mon vieil ami moustachu, ce bon vieux Jim Gordon, que je me suis rendus à l’asile d’Arkham pour un interrogatoire avec le non moins célèbre Clown Prince du Crime, celui qui répond au nom de Joker. L’entretien avec ce sacré personnage fut assez bref, le zigoto préférant se marrer comme il en a l’habitude plutôt que de répondre à mes interrogations. Une seule et unique remarque de sa part était digne d’intérêt, une seul remarque que j’ai obtenus en évoquant son ennemi juré, un remarque que voici:

“Batou ? Allons mon ami, t’es-tu déjà posé la question de ce qui nous différencie tous les deux ?”

Il a conclu ces mots par un rire encore plus horrible que les précédents, un dernier rire avant que nous sortions de l’enfer de cette cellule, Jim me répétant qu’il m’avait prévenus que je n’obtiendrai rien de ce cinglé.

Et pourtant…

Vrrrrrrr… explosion du quatrième mur – entrée des coordonnées terrestres – reconstitution du corps d’Apollon – retour dans le monde réelle.

Arf… Ça me donne toujours la gerbe ce moment-là ! Toujours est-il que la nuit fut des plus difficiles, cette interrogation du Joker ne voulant pas s’évader de mon esprit. C’est d’ailleurs cette même nuit que je me suis empressé de fouiller dans ma bibliothèque à la recherche d’une œuvre de notre monde qui pourrait m’offrir un premier élément de réponse. Cherchant ardemment la page qui occupe mes pensées, je finis finalement par tomber dessus:

Depuis des années, cette dernière page de l’œuvre d’Alan Moore, Killing Joke, divise les lecteurs. De mon point de vue, je maintiens la théorie que cette scène montre pleinement que ces deux protagonistes sont aussi fous l’un que l’autre. D’un côté, nous avons le Joker qui est évidemment très instable psychologiquement. De l’autre, nous avons Batman, c’est-à-dire Bruce Wayne, un mec qui se déguise la nuit pour combattre le crime. Ne faut-il pas être un minimum dingue pour faire une telle chose ? Et surtout, se faire justice soi-même peut-il être forcément traduit par “faire le bien” ? La justice de Batman est-elle légitime ? On serait tenté de répondre positivement à cette dernière interrogation, mais tuer des criminels qui font le mal revient à s’abaisser à leurs niveaux pour les éliminer. Cela équivaut à faire le mal pour éliminer le mal, guérir le mal par le mal comme dit le célèbre dicton. Un mal nécessaire assurément, un mal qui permet de nettoyer les rues de Gotham. 

Cependant, revenons plus en détail sur les trois dernières cases de cette page. Selon moi, c’est bien le sang du Joker qui apparaît sur cette ligne de lumière, cette dernière disparaissant ensuite quand Batman s’en va, laissant pour mort son pire ennemi, le justicier masqué devenant criminel à son tour.

Toujours est-il que cela ne suffira pas à résoudre toutes mes interrogations. Il me faut de nouveaux éléments de réponses.

Bzzzzz… Activation du transpondeur inter-dimensionnelle – Aplatissement du corps et des organes – Transfert de la conscience dans un univers parallèle – Atterrissage sur le cul réussis.

« Qui es-tu ? », me laisse entendre une voix grave tapis dans l’obscurité. Me retournant, je distingue deux yeux rouges dans la noirceur de cette pièce, deux yeux rouges qui ne peuvent appartenir qu’à une seule personne. « C’est justement vous que je cherche. Vous n’êtes nulle autre que le ninja qui répond au nom d’Itachi Uchiwa n’est-ce-pas ? »

Sa silhouette sortant de l’obscurité, je peux vous jurer qu’il est encore plus impressionnant en vrai. J’ai réussi à le convaincre de me parler, non sans avoir échappé à la mort de peu. Ses mots, son histoire, ont un sens tout particulier dans l’enquête que je mène. Pour le présumé bien, ce jeune homme a dû tuer toute sa famille, faire en sorte que son petit frère le déteste et intégrer une des organisations criminelles la plus dangereuse que le monde ait connus. Tout ça, pour le bien…

Prêt à partir, je me retourne, regardant une dernière fois ce jeune homme qui, je le sais, est promis à un destin funeste malheureusement. « Gardez espoir Itachi », ce sont les derniers mots que je lui ai adressé avant de filer vers ma dernière destination.

Vzzzzz… Gonflement corporel et organique – Oubli du dialecte japonais – Configuration du cerveau en anglais – Intégration du savoir-faire de Gasparov.

Un petit parc, pleins de verdure, des gens qui se baladent en famille, des couples amoureux sous les cerisiers en fleur. Mais une seule personne m’intéresse, ce vieil homme, assis un peu plus loin devant une table d’échec.

« Eric ? Ou devrais-je dire… Magneto ? », dis-je tandis que son regard sévère se pose sur moi avant de me gratifier de cette remarque: « Vous êtes bien renseigné mon jeune ami. ».

Une voix douce, qui contraste avec ce que je sais de lui, des horreurs qu’il a pu commettre. Mais voilà, le fait est qu’en jouant aux échecs avec lui, il m’est revenu à l’esprit qu’on lui a également fait subir des horreurs innommables. Son passé dans les camps de concentration et sa nature de mutant effrayante aux yeux des humains ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui. Certes, cela ne pardonne en aucun cas certains choix qu’il a pu faire, mais cela peut au moins les expliquer. Si votre espèce était menacée, n’en feriez-vous pas de même. Laissez-moi répondre à votre place, vous le feriez, parce que c’est ce qu’on appelle l’instinct de survie. 

« Échec et mat » dis-je en laissant tomber le roi du mutant en face de moi avant de le quitter, de retourner dans mon monde pour de bon, d’établir la conclusion de mon enquête.

Voyez-vous, à mes yeux, ces gens ne sont pas plus méchants que ceux qui prétendent vouloir faire le bien. Ils ont des objectifs, des motivations qui les poussent à agir ainsi, un passif qui les ont fait devenir ce qu’ils sont. Dans la plupart des cas, ce sont même ceux qui aiment à penser qu’ils font le bien qui ont poussés ces pauvres gens à agir comme des méchants à leurs yeux. Il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal, il n’y a pas de manichéisme, il y a juste un monde où chacun utilise son voisin pour parvenir à ses fins. Seul le point de vue des gens décide de qui est le gentil, et qui est le méchant. L’opinion, la voilà la réponse à toutes ces questions.

8 commentaires

  1. le thème traité est éternellement plein d’intérêt et c’est pourquoi il hante la BD comme l’épopée… De la même façon que l’on affichait en 68, noous sommes tous des juifs polonais, nous somme tous aussi des Staline et des Hitler.

    Aimé par 1 personne

  2. J’admire la façon dont le sujet, aussi difficile qu’intéressant, est traité ! Je n’ai pas les bonnes références culturelles (bon, Batman et le Joker, je vois qui c’est, hein…) mais l’article est assez bien écrit pour être non seulement compris, mais apprécié. Félicitations !

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire ! C’est en effet un sujet fort intéressant, il y aurait sûrement encore plus à dire que ce qui est dit dans l’article, mais l’objectif n’était pas non plus d’en faire un essai ou une thèse 😅 En tout cas, c’est une telle plaisir de lire de telles commentaires, je te remercie 😁

      J'aime

  3. Très bon article. C’est clair que le manichéisme n’est plus de mise dans les comics depuis longtemps. Le coup de génie, cela a été de rendre terriblement humains les super-héros, du coup on évacue très vite le manichéisme. Ce que j’essaie de montrer dans un article sur l’event civil war de 2006…

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! 😁 Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis, j’irais d’ailleurs voir de plus près cet article dont tu me parles 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s