Albus Dumbledore, un homme de bien ?

Il est connu comme l’un des plus grands sorciers de l’histoire de l’univers Harry Potter. Un élève émérite en son temps, professeur et directeur de talent par la suite, la liste des exploits réalisés par Albus Dumbledore est d’une longueur à faire tourner les têtes sans même un Wingardium Leviosa. Il est indiscutablement un des grands artisan de la défaite et l’annihilation de Voldemort. Néanmoins, après découverte des véritables étapes de son plan sur le long terme, le sujet de la morale est lui beaucoup plus discutable. Et c’est ce dont nous allons essayé de débattre dans cet article. La victoire ? Oui, mais à quel prix ?

J’aimerais adresser un remerciement tout particulier à une personne qui se reconnaîtra et possédant une connaissance de cet univers aussi vaste que la circonférence du bide de Hagrid ayant été d’un grand apport pour le contenu de cet article.

Et lorsque l’on parle de morale en abordant le personnage de Dumbledore, on ne peut que se présenter avant tout devant le comportement et le choix de ce dernier envers Harry Potter lui-même. Car s’il est d’abord dépeint comme un sorcier à la grande sagesse et prêt à protéger le jeune sorcier qu’est Harry Potter, il apparaît bien plus manipulateur à la découverte de ses réels choix. Finalement, son dilemme est assez simple à résumer. Afin de mettre fin à la menace que Voldemort représente sur l’ensemble du monde magique, est-il possible de sacrifier Harry Potter ? Est-il possible de sacrifier une personne pour en sauver le plus grand nombre ? Visiblement, Albus avait lui fait son choix depuis très longtemps.

Néanmoins, comme dit plus haut, Dumbledore est effectivement face à un dilemme morale. Un dilemme avant tout guidé par une prophétie. En effet, le lien mortel qui lie Harry au meurtrier de ses parents est inéluctable. Il existe au dépends de la volonté du principal de Poudlard. Que ce dernier le veuille ou non, il doit faire son choix en connaissance de cause de cette sombre prophétie. Et son choix est finalement guidé avant tout et surtout en prenant en compte la difficulté et l’obstacle que représente celle-ci. Quitte à ne pas pouvoir outrepasser la prophétie, le choix d’Albus réside dans l’idée d’aider au maximum à faciliter le déroulement de celle-ci. Par là, il faut comprendre épauler l’innocent Harry Potter qui n’avait rien demandé à personne. 

Celui qui a le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres approche… il naîtra de ceux qui l’ont par trois fois défié, il sera né lorsque mourra le septième mois… et le Seigneur des Ténèbres le marquera comme son égal mais il aura un pouvoir que le Seigneur des Ténèbres ignore… et l’un devra mourir de la main de l’autre car aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit… Celui qui détient le pouvoir de vaincre le Seigneur des Ténèbres sera né lorsque mourra le septième mois…

Sibylle Trelawney

S’il est difficile de cautionner le choix de sacrifier un enfant pour sauver le monde, surtout en prenant la décision aussitôt alors que Harry n’est alors qu’un bébé, il faut aussi se dire que Dumbledore agit cependant pour le bien du monde magique. La disparition de Voldemort est une nécessité pour le bien de tous. A n’importe quel prix ? Plus que cette question, une autre peut se poser : Une autre solution existe-t-elle réellement pour vaincre le redoutable ennemi qu’est Voldemort ? Si la réponse est non, la psychologie du personnage est alors tout autre. En effet, il est totalement différent de faire face à une contrainte de sacrifice comme seul choix possible plutôt que de choisir sciemment le sacrifice car elle est la meilleure solution sans être pourtant la seule. En ce sens, la justification du choix de Dumbledore peut se comprendre plus aisément, ou du moins se cautionner en plus grande partie. Un choix doit être fait.

Le fait est que la vie de Dumbledore, comme n’importe qui d’ailleurs, est faite de choix. Il est un personnage qui respire le talent inouïe. Alliant une intelligence supérieur, un calme froid en toutes circonstances, un réel courage et une soif de connaissance entre autre, Albus se voit récompensé de nombreuses éloges et proposés les postes les plus prestigieux du monde magique. Lui, choisit la direction de Poudlard. Et occupant un tel poste, ses choix s’offrant à lui durant toute sa vie sont peut-être empreint de plus de responsabilités et de conséquences qu’une personne lambda. Bien que voyant cela comme une contrainte à ses réelles envies et à son ascension, Albus Dumbledore, alors encore très jeune, ne renie pas non plus ses obligations envers sa soeur à jamais traumatisé lors de la disparition de ses parents. C’est un homme possédant clairement une certaine droiture et une certaine morale, n’ayant pas hésité à mettre son amour envers Grindelwald de côté suite à un événement des plus tragique : La mort de sa soeur. 

Durant pas moins de sept livres et sept films, Albus est dépeint à travers le regard d’un jeune sorcier, ce dernier le voyant comme un idéal du sorcier, un soutien et un dernier rempart invincible contre les forces du mal. Finalement, la suite nous décrit un homme qui fait face à un choix qui n’en est pas réellement un, la réalisation de la prophétie. En ce sens, Albus Dumbledore est clairement un homme de bien, loin de la vil attitude dépeinte par les films. Il est un homme qui, de par sa position, a fait face à la lourde tâche de se résoudre au fait d’emmener un jeune homme à l’abattoir, car c’était la seule et unique solution. Il est un homme avec ses envies, ses aspirations, ses erreurs de jeunesse. Avec ses faiblesses, mais un homme bien. Pour le plus grand bien.

8 commentaires

  1. C’est depuis longtemps un sujet de débat, le bien-fondé ou non des actions de Dumbledore.
    Me concernant, j’aime à croire qu’il avait prévu une solution pour que Harry ne meurt pas, car il a eu en sa possession les 3 reliques de la mort à un moment de sa vie. Il en a confié une à Harry de son vivant, et la pierre de résurrection après sa mort. Je vois ça comme le fait qu’il avait déjà prévu une solution pour sauver Harry.

    Après, on peut se demander quand il a eu cette idée et si il y avait pensé d’emblée.
    Mais même l’idée de sacrifier Harry pour vaincre Voldemort, même si c’est hard, me semble acceptable à un certain niveau.

    Personnage complexe que ce Albus !

    J'aime

    • L’idée est justement acceptable car elle est probablement la seule et unique solution pour venir à bout de ce taré qu’est Tom Jedusor. Mais comme tu le dis, sujet ô combien compliqué et qui divise mais vraiment intéressant à réflechir ! 🙂

      J'aime

  2. Je n’ai jamais vraiment apprécié le personnage d’Albus de part ses contradictions et ses décisions que je juge un peu douteuse mais il est vrai que c’est un personnage assez complexe et important pour l’histoire, une des nombreuses figures paternelles de substitution pour Harry au même titre que Hagride ou Sirius…

    Aimé par 1 personne

    • Et c’est justement parce qu’il tient cette place de figure paternelle que la révélation de sa décision envers Harry depuis le début est brisé cœur pour nous. C’est un homme de bien, profondément. Alors imagine un peu les démons intérieurs qui doivent se battre en lui toute ses années pour aller au bout de ce qu’il a décidé ! Mais il en faut toujours un pour prendre les décisions importantes et nécessaire.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s