Je vais devenir un grand maître des échecs !

Le chemin de la grandeur sera semé d’embûches, la sueur de mon front coulera dans mes yeux mais je résisterais au picotement affreux que cela me procurera. Les ampoules sur le bout de mes doigts ne seront qu’un détail dans ma course à la réussite. Mon cerveau bouillonnera, ma boîte crânienne gonflera mais peu importe si je ressemble à Jimmy Neutron, Magnus Carlsen n’as qu’à bien se tenir parce que KS est en passe de lui prendre le titre de champion du monde !

Après ce titre quelque peu putaclic et cette introduction légèrement exagérée, je pense qu’il serait bon de relativiser un peu. Disons plus simplement que ma curiosité, et la série Queen’s Gambit, m’ont attiré vers ce jeu pour lequel je suis pris d’intérêt depuis deux mois maintenant.

“Mais Mr. KS, n’étiez-vous pas en plein entrainement de Rocket League en ce moment ?” – Tout à fait mon cher Euristide qui pose cette question au premier rang, tu es perspicace comme aucun autre des trois élèves de cette classe ! Mais voyez-vous, je suis un mec d’humeur changeante, j’ai besoin de voir de nouvelles choses, de me diversifier pour ne pas tomber dans l’ennui. Et puis, je ne vous ai pas encore fait de mise à jour sur mes progrès à Rocket League mais vous allez être surpris les amis (spoiler alert: je suis toujours une quiche).

Mais revenons-en à nos moutons ! C’est mon père, champion de ping-pong en 1976 et champion de volley-ball en 1978 (il ment…) qui m’a appris les règles de ce jeu assez complexe que sont les échecs. Sans approfondir le domaine durant les années qui suivirent, principalement parce que je ne me passionnait pas pour celui-ci, mais aussi parce que mon seul adversaire en la personne de GregGS était très loin de mon niveau, j’ai laissé ce talent indubitable sommeillait en moi jusqu’à il y a deux mois.

Comme tout le monde, ou du moins la plupart des gens, j’ai regardé Le Jeu de la Dame qui met en scène la fabuleuse Anya Taylor-Joy et cette lumière qui attendait depuis des années au fin fond de mon être s’est rallumée, une petite voix s’est même fait entendre pour me susurrer à l’oreille que c’était mon destin de détrôner l’actuel champion du monde des échecs Magnus Carlsen.

 » C’est impossible ! Je ne vais quand même pas perdre mon titre face à cet imbécile de KS ! »

Plus sérieusement cette fois, j’ai depuis quelques semaines approfondis le sujet et je le trouve de plus en plus fascinant. Ce jeu, qui s’apparente au final à une guerre sans merci entre deux armées, est déjà de primes abords assez complexe, mais l’est encore plus une fois qu’on l’étudie en profondeur. Certains aiment d’ailleurs à penser que les échecs sont un jeu, mais qu’ils entrent aussi dans la catégorie des sciences et de l’art. Et je dois bien avouer qu’après mes récentes lectures, je suis assez d’accord avec cette affirmation.

En ce qui me concerne, je me concentre dans un premier temps sur tout ce qui a trait à la théorie. Par exemple, je connais dorénavant toutes les manières de mettre échec et mat le roi adverse, j’ai désormais le permis de tuer, j’ai fait rentrer mon double 0 et mon 7 dans le costume du James Bond des échecs. Seul problème, je sais comment tuer mon ennemi en face, mais je ne suis pas assez malin pour me rendre compte des moments où l’on essaye de me donner le coup final, la plupart de mes défaites sont généralement dues à un manque d’attention. Je suis donc un 007 en carton…

De plus, je commence désormais à étudier les différentes ouvertures possibles d’une partie. Une tâche longue et fastidieuse mais qui peut permettre de prendre un avantage certain dans le développement d’une partie. Et puis après je pourrais me la raconter contre un adversaire et lui lancer avec un dédain non dissimulé: “La Défense Nimzovitch du pion-roi ? Vraiment ? Amateur…”. Mais avant que ce moment arrive, je vais devoir m’entraîner sérieusement !

Pour que vous ayez une idée de mon niveau, je vous laisse regarder ces deux images très parlante ci-dessous:

Je crois que c’est assez clair: JE SUIS UNE GROSSE MERDE !

Ne me demandez pas comment j’ai atteint les 799 points de classement, je n’en ai pas la moindre idée. On remarque que je suis vite revenu à la réalité, que je suis désormais un peu plus dans mon niveau, contre des adversaires à ma taille. Je ne fais pour l’instant aucun progrès en ce qui concerne le classement, je stagne, mais j’aime à penser que le graphique va finir par remonter. La seule chose dont je suis sûre, c’est qu’en partant d’aussi bas, je ne peux que progresser !

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s