Derek Vinyard – Criminel ou victime ?

Il y a peu, je suis retombé sur le film American History X réalisé par Tony Kaye en 1998 avec Edward Norton et Edward Furlong dans les rôles principaux. Je ne l’avais vu qu’une seule fois avant de le revoir récemment, je me souviens qu’il m’avait quand même assez marqué à l’époque de par les thèmes assez forts que le film aborde. Mais cette fois-ci, je me suis posé la question suivante: Derek Vinyard est-il un criminel ou simplement une victime ? Je vous explique mon raisonnement dans la suite de cet article.

Cet article contient évidemment des spoilers sur le film. Pour ceux ne l’ayant pas vu, il est recommandé de ne pas le lire. Vous êtes désormais prévenus et nous nierons toutes responsabilités devant le sénat galactique !

Premièrement, rappelons l’histoire du film pour celles et ceux qui l’auraient déjà vu mais qui aurait besoin de se rafraîchir la mémoire avant d’entrer dans le vif du sujet:

American History X — Wikipédia

Si l’image ci-dessus n’est pas assez parlante, je pense qu’on peut en déduire assez rapidement, même sans avoir vu le film, que Derek Vinyard n’est pas un enfant de cœur. Et c’est le but du film au final, les premières images de Derek dans le film n’ont même pas besoin de mots, elles sont assez parlantes pour que nous, les spectateurs, nous fassions une première idée très négative du personnage.

Influencé par le racisme de son père pompier qui se fera tué lors d’un incendie dans le quartier afro-américain, Derek passe la première moitié du film a exprimé sa haine des minorités, a harcelé les immigrés clandestins et à s’amuser de cris moqueurs et insultants en direction des joueurs sur le terrain de basket du quartier. Sa petite-amie Stacey, toute aussi nazi que lui, et son camarade skinhead Seth, sont les seules amies qui lui reste tandis que sa famille proche (excepté son petit-frère Danny influençable) sont de plus en plus dégouté par ce qu’il est dorénavant. Cerise sur le gâteau, il insulte le nouveau petit-ami juif de sa mère, se fait expulser de la maison et finit par tuer deux afro-américains qui ont tenté de voler sa voiture sous les yeux de son petit-frère. Derek fait donc un passage par la case prison.

Le changement de Derek et de la vision du spectateur opère lors de son passage en prison. D’un raciste écervelé arrivé en prison, Derek se transforme en un petit enfant apeuré qui ne trouve consolation qu’auprès de son co-détenu et futur ami afro-américain. Après un viol brutal pas un suprémaciste blanc dans les douches, Derek est traumatisé et commence à se remettre en question, à comprendre les erreurs qu’il a pu commettre quand on parle de préjudice racial. La violence est la violence, peu importe d’où elle vient, et la haine de Derek était irrationnelle et malvenue. En sortant de prison, il se jure de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher son petit frère d’emprunter le même chemin dangereux que lui.

Finalement, l’opinion sur Derek du spectateur change au moment où ce dernier comprend la capacité de l’être humain à changer ainsi que les dommages que les messages parentaux peuvent causer à enfant en bas âge. En effet, à la fin du film, un flashback nous montre un jeune Derek qui respecte grandement son professeur d’anglais afro-américain, mais ce dernier sera rabaissé par un discours de son père lors d’un dîner jusqu’à ce que son fils soit d’accord avec lui. Depuis son plus jeune âge, Derek a grandi dans la haine raciale et il lui aura fallu un long chemin avant de parvenir à faire une réflexion sur lui-même, sa personne et ses idées afin de comprendre à quel point il a pu être influencé par son père dans premier temps, puis par ses pseudos amis supremacistes blanc par la suite. Une réflexion qui l’amènera même à renouer avec sa famille et à empêcher son petit frère de finir comme lui.

Le film n’excuse pas du tout le passé sulfureux de Derek, ce qui est plutôt le bon choix selon moi. Par contre, son personnage traduit à lui seul la vulnérabilité de la jeunesse quand les adultes qui les entourent ont une mauvaise influence ou de mauvais desseins les concernant. En quelque sorte, et ce n’est que mon avis, je pense que Derek Vinyard est le symbole de tous ces jeunes qui ont empruntés le mauvais chemin à un moment de leurs vies et Derek leurs a démontré qu’il est toujours possible de rebrousser chemin et qu’il n’est jamais trop tard pour emprunter la bonne voie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s